Créez et publiez votre CV Sportif

Inscrivez-vous et laissez notre logiciel reconstituer tout votre palmarès sur les triathlons longue distance Français.

Inscription 100% gratuite et sans engagement

Allgäu Classic, Immenstadt, Allemagne, Distance Half. IM. 20/08/2017 

Support des championnat d’Allemagne longue Distance

Crédit photo Ursula Perrier

Mini compte rendu de cette course vraiment sympathique. Le décors, une petite ville de Bavière en Allemagne, altitude 700m sur les premiers contreforts alpins, température entre 12°C au départ et environ 20/25°C max sur la course à pied.

La course est support du championnat d'Allemagne longue distance, il y a du beau monde. Jan Frodéno et Daniela Ryf sont même là, en balade du dimanche pour mettre un gros vent à tout le monde.

La course est lancée en 4 vagues, seul point négatif de la course car cela brouille les pistes, impossible de savoir où on se situe dans le classement. Au départ 688 présents, dont 113 filles.

Crédit photo Ursula Perrier

 

 

Crédit photo Ursula Perrier

NATATION.

Le départ de ma vague se fait à 8h15, troisième des 4 vagues. Avant ça sont parties les filles (7h45) les classes d'ages 20 à 35....

Pan, les pétoires traditionelles de la région lancent le départ, il se fait dans l'eau, on y a accès depuis un ponton. Température de l'eau autour de 19°C, idéal. Le parcours est ludique (si si), en allant d'abord chercher une bouée un peu au large pour revenir très très proche du public dans un canal en aller retour avec sortie (longue) à l'australienne, restera ensuite environ 600m pour longer la rive du lac et aller chercher le parc à vélo.

Crédit photo Ursula Perrier

Je suis placé devant, prend les pieds d'un mec que je n'arrive pas à doubler, ça part vite....trop vite (?)

Première bouée, je lève la tête, ça à l'air pas trop mal engagé pour la position dans le classement de cette vague, je ne quitte pas les pieds de mon poisson pilote, la trajectoire est bonne, la vitesse paraît ok, mais les sensations sont mitigées, ça ne glisse pas vraiment comme je voudrais.

On se rapproche du canal et de la sortie à l’australienne, le public est si proche, le canal est plus étroit qu'une piscine et on pourrait presque les toucher, frissons !!!

Crédit photo Ursula Perrier

Crédit photo Ursula Perrier

Sortie à l'australienne, je me gaufre en croyant avoir pied avant la pente de sortie, erreur, je me retrouve à la verticale deux mètres avant le ponton, faut repartir.....le gars très tonique placé à la sortie m'arrache littéralement de la flotte en me tirant par le bras gauche, oups, atterrissage musclé, les deux pieds sur la terre ferme, ça trottine autour de la passerelle qui amène de l'autre coté du canal, pente descendante, saut de grenouille, splach, c'est essoufflé à mort que je regagne la flotte, je ne retrouve pas les pieds de mon poisson pilote qui est légèrement en avant mais un poisson collant à ma gauche qui me fait boire la tasse à chaque respiration.

Crédit photo Ursula Perrier

Sur le coté droit, j'aperçois bien mon groupe de supporters, ça booste, je fais l'effort pour recoller les pieds du poisson de devant avant la sortie du canal, sans résultat, il me reste maintenant à patienter sans faiblir pour les 600m restants, sans poisson pilote.


Sur cette ligne droite, les sensations deviennent meilleures, à une fréquence qui me semble plus basse que les copains autour pour une bonne glisse, à l'économie.

Crédit photo Ursula Perrier

Dernière bouée, il est temps de se concentrer sur la sortie de l'eau et la transition qui arrive.

Je vois le fonds, ne pas se relever trop tôt, j'attends de toucher avec la main pour me relever, 25m de course dans l'eau pour commencer à enlever le haut de la combi en ayant pris le soins de faire rentrer de la flotte par le cou juste avant de me relever, ça glisse tout seul !

Crédit photo Ursula Perrier

La nat. aura duré 30min 56 sec pour 2035m, soit une allure de 1min 31 au 100m.....correct pour mon niveau mais pas transcendant. Je sortirais 7 ième de ma classe d'age.Lonnnnnnnngue partie à pied pour rejoindre le parc à vélo (400m) et un sacrée pente terminale comme passée au savon noir dans l'herbe mouillée, histoire d'arriver frais sur le vélo.

TRANSITION 1

Rapido, une jambe, l'autre, sortir les affaires de cap de la caisse, y jeter bonnet, lunettes, bouchons pour les oreilles et combi, casque sur la tête, dossard enfilé, empoigner le vélo, courir vers la sortie, l'herbe mouillée et agréable sous les pieds, quelques moutons que j'ai envie de pousser dans la rangée, ça sort enfin, virage à gauche, le goudron, la ligne, enjamber le vélo

Transition en 2min25sec, me place 1er de ma classe d'age sur la transition 1.

VELO

Le parcours se compose en deux boucles identiques pour 83 km et 1280m de D+.

Le dénivelé se compacte sur 9 km environ avec du raide (très) qui casse bien le rythme.

La première difficulté arrive 2km après la sortie du parc, la Kalvarienberg, une bosse de 700m de long pour 14% de pente, ça calme bien d'entrée de jeux, le palpitant en prend pour son grade, le public est là et pousse ton effort pour le meilleur....ou le pire !

Crédit photo Ursula Perrier

Crédit photo Ursula Perrier

Crédit photo Ursula Perrier

Ne pas s'emballer, la course ne fait que commencer.

S'en suivra une suite de pente plus douces et de faux plats pour arriver au pied de la deuxième difficulté au km 8 pour 3 bornes de montée à 6%, puis encore 2 bornes de transition pour la difficulté majeure, 5 bornes de raide, des passages à 12%.

Crédit photo Sportograf.com

Ne pas s'affoler, toujours garder dans l'idée qu'il faut en garder pour le semi marathon qui suivra.

Ces pentes s'avalent tout de même bien, le public assez nombreux fait tinter les cloches de vache ou les morceaux d'ACDC (joli mélange) crachés par un haut parleur à l'endroit le plus raide du parcours.

Le plateau qui suit enchaine sur des faux plats sur 3 bornes, suit une bonne descente de 8 bornes, ça envoi bien (72km/h max) . Puis demi-tour, faux plat montant sur 10 km avec une pente plus soutenue sur les 2 derniers, il faut gérer au mieux pour ne pas se cramer. La densité des coureur est importante, on rattrape les vagues d'avant sur cette première boucle.

Pour le moment, pas grand monde ne m'a dépassé, je reste sur une allure un peu en deça de ce que je pourrais sortir sur un parcours vélo « sec ». Mot d'ordre du jour, ne pas se cramer !

Sommet de la dernière bosse, un goudron de rêve (comme sur le reste des routes de la région) et une route privatisée pour la course nous ramène au départ de la deuxième boucle.

Deuxième boucle, on se mèle aux coureurs des distances sprint et M et c'est un peu le bazard, grosse (très) densité de coureurs. Les sensations restent au top, toujours rester en deça, les cannes ne montrent pas de signe de faiblesse, au top !

Déjà arrive le parc à vélo, bien signalé avec la distance restante dans un dernier virage à droite, sortir les pieds sur les chaussures pour les derniers mètres à parcourir, les coureurs des distances courtes gênent vraiment sur les dernier 100m, ça passe un peu à l'arrache sur le coté pour continuer à doubler.......à la française;-D

Le vélo aura duré 2h37min50s pour une moyenne de 31,7 km/h, 6ième temps de ma classe d'age.

Première boucle en 1h18min et deuxième en …... 1h18min (!)

TRANSITION 2

Dans le parc, pas grand monde du coté du half, la rangée de la vague d'avant est bien remlie, la mienne l'est beaucoup moins, peut être 5 vélos sont suspendus là......il y a peut être un truc à faire en classe d'age, ne pas perdre le fil de la course.

Crédit photo Ursula Perrier

Crédit photo Ursula Perrier

Pour autant, je prends quand même le temps de mettre une paire de chaussettes, me rincer le visage, chopper un gel et deux pastilles isostar, lunettes, casquette.....Goooooo !!!

1min46sec pour cette transition, 9ième temps de ma classe d'age.

COURSE A PIED

Ca repart par la pente raide en descente d'herbe toujours aussi humide, dur dur après le vélo, les quadris sont bien là, je les sens comme il faut. 

Crédit photo Ursula Perrier

Contrairement à d'habitude, le temps d'adaptation pour trouver une foulée normale est assez court.
Mon groupe de supporters est là, le mental est bon et les sensations sont vraiment bonne.

Le parcours se compose d'un aller retour étalé sur 13km le long du lac, puis une montée très raide de 600m de long, avant de retrouver le centre ville puis retour sur le lac pour l'arrivée.

Crédit photo Ursula Perrier

Le long du lac....en fait légèrement en retrait, emprunte une toute petite route, très étroite, en bon goudron. Contrairement à ce que je pensais, ce n'est pas plat du tout, une succession de petites bosses casse un peu les pattes, l'allure est maintenue sur un 13km/h, en calmant le jeu car je pense pouvoir être plus rapide mais je sais aussi se qui pourrait se passer si je pars trop vite.....si ça tient comme ça, ça pourrait donner quelque chose de pas mal.

Au demi tour, après avoir galéré avec un point de coté, d'abord à droite, puis à gauche.....ça tient toujours, même si les mollets commencent à se faire sentir.

Je continue à doubler quelques coureurs, les espaces sont maintenant assez importants entre chaque concourants.

Le père d'un gars qui cour en relais et qui l'accompagnait en courant vient de se faire poser par le fiston, il me servira de compagnon de course sur les 6 kilomètres qui suivent. 

Crédit photo Ursula Perrier

On discutera de pas mal de choses, il me parle de son fils, de sa femme, de sa ferme, des enfants de sa voisine (...!) et les kilomètres s'enchaînent sans que j'y prenne garde. 

Vient « La » montée, nommée Kuhsteig, la montée des vaches, j'entends la cloche d'Ursula (c'est pas une vache) qui se trouve dans la montée. C'est raide, et plus on avance, plus ça se redresse. 

Crédit photo Ursula Perrier

Je cours jusqu'au 2/3 environ, puis pars d'un pas rapide jusqu'à la bascule, ouf, c'est fait, reste une belle descente en terre meuble, idéal après ce mur, on est au 14 ième kilomètre, reste plus que 6 bornes pour finir la course....je commence à sentir le poids de ce qui c'est déroulé avant mais le mental est bon et l'envie de rentrer dedans est là, alors on ne pense plus, on cours. Le centre ville est vite rejoins en traversant le long d'un autre petit lac puis le long d'une piste cyclable. Le public est à nouveau assez présent et les encouragement galvanisent, demi- tour sur la place centrale, encore 4 bornes, une promenade de santée.....

Ca sent l'écurie, je balance ce qui me reste d'énergie pour essayer d'accélérer, mais des débuts de crampes me rappellent à l'ordre dès que l'impulsions se fait plus forte....alors on va rester à cette allure, sans faiblir.....une dernière bosse, encore 1500m, puis descente, douce, je relance la machine, le lac est en vue, derniers herctomètres......

Crédit photo Ursula Perrier

La finishline est là, yeaha ! Top, 4h42min53secondes.....moi qui pensais finir en 5h et des brouettes, donc satisfait !

Crédit photo Ursula Perrier

 Capture

Crédit photo Mobil Oil

Crédit photo Ursula Perrier

1h 29min25sec pour ces 20km, 5ième temps de ma classe d'age

Au scratch......un peu loin quand même, même beaucoup, 87 / 688, mais reste 5ième de ma classe d'age pour ces championnats d'Allemagne, satisfait !

Le même temps l'année passée m'aurait clasé 37 ième au scratch et 3 ième V2.....

EN BREF

Crédit photo Nicolas Perrier

Une bonne gestion de l'effort, de bonnes sensations, une organisation au top (vraiment irréprochable, généreuse, amicale etc....), température idéale feront de cette course un joli point de passage.

Le buffet de l'arrivée est juste gargantuesque, bière en tous genres, sodas à la bouteille, sucré, salé, pâtisseries, plats chauds, froid, fromage, fruits à gogo.....

Si un jour vous passez dans le coin, faites le détour, ça vaut le coup !

 

Lien vers le site de l'organisateur: ici

Les resultats: ICI

You have no rights to post comments