Il a toujours été prévu que le duathlon XL de Douai soit le premier objectif de ma saison 2017. Cette fois-ci aucune excuse n’est acceptable, je ne peux pas cacher une contre performance derrière un manque de forme, un manque de préparation où à l'inverse un excès de fatigue dû à une grosse semaine d’entrainement.

Pour cette épreuve j’aurais fait le métier, et j’ai essayé d’arriver le plus en forme possible. Tous les voyants sont au vert :

  • comme je l’ai constaté sur les trails (30km) de Saint Lô et de Paris j’arrive à tenir la distance en course à pied et les 10km de Cadichon m’ont confirmé que j’avais conservé un peu de vitesse.
  • En vélo, j’étais un peu dans l'interrogation vu que l’hiver je ne fais pas du tout de rythme dans cette discipline et que j’ai trop rarement l’occasion de rouler en groupe. Les quelques sorties que j’ai récemment pu faire en peloton m’ont rassuré. Je passe bien les bosses, l’endurance est là et j’arrive à tenir la position aéro assez longtemps.
  • Je n’ai pas d’heure de sommeil en retard car j’ai pu faire des nuits complètes pendant une dizaine de jours. Une semaine de vacances sans les enfants ça repose !
  • J’ai même mon poids de forme idéal…

En cherchant bien, je peux regretter de ne pas avoir assez travaillé les enchaînements de disciplines. La dernière fois que j’ai pédalé juste après avoir couru c’était le 18 septembre à Bois le Roi (77) lors du Championnat de France de duathlon longue distance (voir le CR de ma course). De même, depuis le début de l’année, je n’aurais fait que 2 entraînements où j’ai enchainé le vélo par de la course à pied.

Ces excuses sont à peine recevables : je ne travaillais pas plus les enchaînements les saisons précédentes et sur ces 2 tests j’ai eu de bonnes sensations…

 Bref, aucune excuse ne sera acceptable !

Plan de course

J’ai déjà eu l’occasion de faire cette course en 2015, j’avais alors terminé à la 48ème place sur 166 classés en 3h37’22. Les résultats complets de cette édition : https://www.t2area.com/images/epreuve/59-douai/resultat/2015.pdf

Forcément je veux faire mieux cette année !

Petite différence entre ces deux éditions : en 2015 le format de course était sur 10/75/10 km alors qu’en 2017 il sera sur 12/90/10 km. C’est quand même un poil plus long. Pour preuve, la course est passée du format L au format XL !

Si je garde les mêmes allures qu’en 2015, cela me ferait passer l’épreuve en 4h15' :

  • Càp 1 en 4’05 soit 49’ pour 12 km
  • Vélo à 33,9 km/h soit 2h43’38 pour 90 km
  • Càp 2 en 4’13 soit 42’10 pour 10 km

Si je fais 4h15' ce sera déjà bien car cela voudrait dire que j’aurais tenu l’allure de 2015 pendant 4h15' (à la place des 3h37’ en 2015).

Comme les circuits ont changé, que la course est plus longue, que je n’ai plus de vélo de chrono, je prends comme objectifs :

  • limite haute : entre 4h15' et 4h20'
  • limite basse : moins de 4h15' et me rapprocher un maximum des 4h de course

 Au niveau des résultats j’aimerai être dans le premier quart du classement général.

1ère course à pied

Distance 12 km en deux boucles de 6 km.

Objectif de 4’10 pour finir cette partie en moins de 50’. Je vais tout de même essayer de courir au plus près des 4’00 au kilo.

Le circuit est très roulant et sans difficulté. Il y a juste une bosse par tour. Pas bien méchante, mais qui peut faire mal quand on est déjà à bloc.

cap

Nous ne sommes pas nombreux au départ, juste 173 coureurs. Les duathlons ne sont vraiment pas populaires en France. Rien à voir avec les triathlons, ici on est dans un sport d’homme ! C’est ultra exigeant et élitiste. Dès la première minute on est à fond...alors que l’on est parti pour plus de 4h de course. Le triathlon c’est plus cool, comme c’est la grande mode et qu’il y a un peu tout et n’importe quoi au départ, on est sûr de faire une place acceptable en s’entrainant un minimum.

Forcément j’appréhende toujours beaucoup ces départs ultra rapides où les premiers partent à près de 3’00 au kilo. Avec une allure de 4’00 on est en queue de groupe dès le début ! Bref, devant ça court aussi vite que sur un 10km sec, mais malheureusement, derrière il n’y pas trop de touristes pas trop entraînés.

Pour ne pas arranger les choses, nous sommes près de la belgique. Or les Belges sont fans de duathlon, et en général, il ne font pas le déplacement pour enfiler des perles.

depart

Comme prévu ça part vite. Je fais le premier kilo en 3’50, les suivants aux alentours des 4’05… Je me sens bien mais je sais que la journée va être longue. Je passe les 10 km en 41’ soit avec une allure de 4’06. Je perdrais un peu de temps sur les deux derniers kilo mais je termine cette première càp avec une allure de 4’07. J’avais prévu de courir en 4’10 donc tout va bien.

Comme il n’y a avait pas 12 km mais 11,6 km, c’est encore un peu de temps de gagné !

Ma FC moyenne sera de 174 bpm, je sais que j’ai déjà tapé dedans et que je ne suis pas resté sur la réserve. Mais bon, Douai est un objectif, je suis là pour me faire mal !

Arrivé au parc à vélo je suis 60ème sur les 173 coureurs au départ. Avec une course à pied en 4’07, ça montre que le niveau général est tout de même bien élevé.

Ma course à pied en chiffres (Garmin)

  • Temps : 47’35
  • Distance : 11,55 km
  • Allure : 4’07 (14,6 km/h)
  • Cadence moyenne : 175 rpm
  • FC moyenne : 174 bpm
  • Classement : 60ème

cap1

Vélo

Distance 90 km en deux boucles de 45 km. Le circuit est assez plat, les organisateurs annoncent 460 m de D+.

Objectif de 32,5 km/h pour me rapprocher des 2h45’.

Le petit paramètre à prendre en compte pour le vélo sera la météo. Avec un vent à 50/60 km/h, le circuit a beau être plat ce n’est pas drôle. Surtout quand on est tout maigre avec des cuisses de flamant rose.

Je le dis à chaque course, je déteste le vent. Douai me le confirmera !

meteo douai

C’est l’horreur, je n’avance à rien. Je me fais doubler à tout va par des vélo de chrono. Je n’ai aucune sensation. Je n’arrive pas à trouver une position qui me donne l’impression d’avoir du rendement. Couché sur les prolongateur je n’avance pas, mais pas plus ni moins que les mains sur les cocottes.

Vent de face, ma vitesse peut tomber sous les 25 km/h sur le plat. C’est compliqué d’avoir des sensations à cette allure. Il n’y a que dans la bosse de Mons-en-Pévèle, que l’on grimpe 3 fois par tour, où je rattrape des coureurs...qui me redoublent ensuite à vive allure dans la descente !

profil velo

Le premier tour est interminable. Le second se passe mieux. J’abandonne complètement la position aéro pour rester les mains dans les cocottes. Quitte à ne pas avancer autant avoir une position relativement confortable !

J’aurais fait les tours respectivement en 1h23’23 et 1h23’37...on peut difficilement faire plus régulier!

Ma vitesse finale est de 31,2 km/h. On est loin de mon objectif de 32,5 km/h et encore plus loin de ma vitesse de 2015 à 33’9 km/h quand j’avais mon vélo de chrono. Je ne l’ai jamais regretté mais face à cette différence on est obligé de se poser des questions.

Je reste tout de même convaincu qu’à mon niveau le vélo ne change pas grand chose. Ce qui importe c’est le cycliste et non le matos.

Ma puissance sur cette partie cycliste aura été de 206 W (NP) sur 87km. Je n’ai jamais eu une puissance aussi faible sur un duathlon...sauf à Douai en 2015 ! Elle avait alors été de 204 W (NP) sur 75 km.

Conclusion, j’ai fait un meilleur vélo qu’il y a deux ans. J’ai du mal à le croire vue la différence de vitesse! Dans ce genre de moment, le capteur de puissance est bien utile pour remonter un peu le moral.

Par contre c’est moins bien qu’au championnat de France de Bois le Roi en septembre dernier puisque ma puissance avait été de 214 W (NP) sur 98 km.

Ma FC moyenne aura été de 151 bpm. Ce qui reste élevé pour moi sur un duathlon L, la preuve que j’ai quand même bien forcé.

Je termine le vélo en 2h47’09, je perds donc du temps sur mon objectif de 2h45' alors qu’il manque 3 km à la distance annoncée. C’est le 81ème temps sur les 145 coureurs encore en course. Je ne peux pas en être satisfait, car même si le profil roulant dans le vent ne me convient pas, je ne suis même pas dans la première moitié du classement.

Mon vélo en chiffres (Garmin)

  • Distance : 87 km
  • Dénivelé : 514 m de D+
  • Temps : 2h47’09
  • Vitesse : 31,2 km/h
  • Puissance normalisée : 206w
  • Puissance moyenne : 191w
  • Cadence moyenne : 81 rpm
  • FC moyenne : 151 bpm
  • Classement : 81ème temps

velo

2ème course à pied

Distance 10 km en deux boucles de 5 km.

Objectif de 4’30 pour faire cette dernière partie en moins de 45’. Je vais tout de même essayer de courir en 4’15 au kilo.

Le circuit est quasi le même que sur la première càp, tout aussi roulant avec une seule petite bosse par tour.

Comme toujours, le premier kilomètre est difficile mais je suis enfin à l’abri du vent. Je n’attendais que ça !

Je passe les 4 premiers kilomètres avec une allure de 4’20. C’est pas mal du tout et dans mes objectifs...mais au 5ème kilomètre plus rien ! Mais plus rien de chez plus rien. D’un coup d’un seul je m’effondre. Je passe le 4ème kilo en 4’13 alors que je fais le 5ème en 4’43 ! Je n’arriverai plus à inverser la tendance et je finirais cette deuxième càp avec une allure moyenne de 4’34, donc un peu au delà de mon objectif.

Je ne sais pas ce qu’il m’est arrivé à la mi-course. Je n’ai pas eu l’impression d’être parti trop vite, d’être déshydraté ou d’avoir une fringale...mais il m’est bien arrivé quelque chose !

Je termine cette càp complètement vidé en 43’43 soit le 34ème temps. Comme d’habitude c’est sur cette dernière partie où je gagne pas mal de temps même quand j’ai des défaillances.

Ma course à pied en chiffres (Garmin)

  • Temps : 43’43
  • Distance : 9,57 km
  • Allure : 4’34 (13,1 km/h)
  • Cadence moyenne : 170 rpm
  • FC moyenne : 163 bpm
  • Classement : 34ème temps

 cap2

Au classement final je fais 57ème sur 145 classés en 4h21’30. Moi qui voulait être sous les 4h20’ pour me rapprocher des 4h15’ voir des 4h de course, je suis très loin du compte.

On ne parle même pas du classement. Je souhaitais être dans le premier quart, je ne suis même pas dans le premier tiers. Cela confirme ce que j’ai toujours dit, le niveau sur les duathlons est vraiment élevé !

Petite anecdote. Dès la ligne d’arrivée franchie, un organisateur me saute dessus pour m’accompagner au contrôle antidopage. J’ai eu l’honneur d’être tiré au sort pour être dépisté. Pour une fois que j’ai de la chance sur un jeu de hasard ! Cela reste une expérience très intéressante. C’est très contraignant car le temps de remplir les formulaires et de faire les prélèvements cela prend plus de 30’ alors que l’on a plus envie de se ravitailler pour récupérer tranquillement. Je ne saurai que dans quelques semaines si des produits interdits ont été trouvés dans mes urines.

controle

Conclusion

Une journée très difficile. Premièrement parce que les duathlons sont toujours très difficiles mais la présence du vent a vraiment corsé la partie vélo.

Je ne rentre dans aucun de mes objectifs mais je ne sais pas si je peux considérer que c’est une contre performance. Mon classement et mes vitesses en vélo et en càp sont bien moins bons qu’en 2015. La course aura aussi été différente, plus longue et plus dure à cause du vent. Je sais que je suis arrivé en forme et que j’ai fait mon maximum. Le vent m’aura fait vraiment beaucoup de mal.

Place à un peu de récup avant de m’attaquer à mon prochain objectif : Triathlon L Vertou Vignoble (44) dans la région de Nantes le 18 juin.

Ma course sur Garmin Connect : https://connect.garmin.com/modern/activity/1706649012

Les classements complets : https://www.t2area.com/images/epreuve/59-douai/resultat/2017.pdf

You have no rights to post comments