Créez et publiez votre CV Sportif

Inscrivez-vous et laissez notre logiciel reconstituer tout votre palmarès sur les triathlons longue distance Français.

Inscription 100% gratuite et sans engagement

Toujours un peu de stress au départ natation  avec la crainte de recevoir des coups. Stress upérieur cette année avec dans la tête la possibilité de boucler mon 20ème Embrunman, un chiffre symbolique (1er Embrunman en 1991, le temps passe….) et l'appréhension d'avoir, comme c'est déjà arrivé, des problèmes mécaniques qui, cette fois-ci, seraient insurmontables.

Libération avec le coup de feu du départ et c'est parti pour 3800m. Un peu de bousculade pendant 400m mais rien de bien méchant, épreuve bouclée en un peu plus de 1h21, comme l'année dernière.

Transition rapide en enfilant un maillot de vélo pour bénéficier des poches pour y ranger coupe vent, nourriture et bidon d'appoint.

Le parcours n'est pas une inconnue pour moi et je sais comment aborder chaque tronçon. Démarrage à un bon rythme quand même dans la bosse de départ pour vérifier que les jambes sont ok. Ouf, c'est le cas.

Un petit coucou à mon ami et camarade de club Jean Denis que je rattrape à St Apollinaire, juste avec une longue partie descendante.

Le ciel est bleu, pas un nuage et surprise le vent en direction de l'Izoard est déjà assez fort, plus que les années précédentes, et de face bien sûr.

A 10h45 arrive le gros morceau avec les 14 km de l'Izoard. Je connais chaque lacet, chaque virage et quels braquets mettre. Avec la chaleur, nécessité de boire te de s'arroser fréquemment pour descendre la température. Petit souci technique après la casse desserte quand la route remonte pour les 2 derniers kms avec la chaîne qui ne se repositionne pas sur les mollettes de dérailleur. Obligé de mettre pied à terre une bonne minute pour remettre la chaîne dans le droit chemin. Montée réalisée en 1h20.

Le retour se passera bien mais le vent de face violent, combiné à la chaleur, va laisser des traces.

Pas de soucis dans la dernière côte de Chalvet que je passe à un rythme régulier, la descente toujours aussi cahotique avec une concentration de trous sur la route….

Je termine le vélo en 8h03' (Moyenne de 23 km/h)

Aie en descendant de vélo, début de crampe à la cuisse droite, heureusement sans conséquences.

Et c'est parti pour le marathon. Nouveau parcours depuis l'an dernier avec 3 boucles de 14km (cette année il y aura bien la distance).

IL fait assez lourd oendant le premier tour que je boucle en 1h23. Par la suite les cuisses sont dures et les muscles sont à la limite de la crampe donc 1h38 pour la 2ème boucle. Dans la 3ème, je serai obligé de marcher dans les côtes, je mettrai donc 1h59 pour un marathon en 5h pile.

Au final, finisher en 14h34'55 et donc 20ème Embrunman terminé. Le 1er en 1991 je l'avais fini en 14h07, après ces ''quelques années'' je n'ai pas trop perdu.

You have no rights to post comments