Créez et publiez votre CV Sportif

Inscrivez-vous et laissez notre logiciel reconstituer tout votre palmarès sur les triathlons longue distance Français.

Inscription 100% gratuite et sans engagement

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’Emeraude TriRace est un triathlon longue distance organisé à Saint Lunaire (35), sur la côte d’Emeraude (à proximité de Saint Malo). Le format de course propose (normalement) 1,9km de natation, 84km de vélo et 20km de course à pied, c’est à dire environ 5h de course pour moi.

Cette épreuve n’était pas un objectif programmé depuis longtemps mais je l’ai ajouté à mon calendrier quand j’ai su que mon planning de travail me laisserait ce week-end de disponible.

Ce sera un très bon entraînement en vue du Natureman qui clôturera ma saison 2017.

J’ai déjà participé à cette épreuve en 2014. J’avais alors mis 5h13’40 et terminé à la 126ème place (sur 432 classés). Mes résultats détaillés : https://www.t2area.com/resultats-de-l-emeraude-trirace/result/145814.html

Dans mes souvenirs, la natation en mer était très longue, bien plus que les 1900m annoncés puisque j’avais mis 52’24. Je suis un mauvais nageur mais quand même….

Le circuit vélo n’était pas sensationnel avec des routes en assez mauvais état et des demis-tours autours de plots...un espèce de circuit en + où l’on part dans un sens, pour faire demi-tour au bout de la route. On revient au centre du + pour tourner à droite et ainsi de suite….J’exagère un peu mais un tiers du circuit est de la sorte. Le reste est sur des petites routes sinueuses.

Par contre la course à pied m’avait laissé un bon souvenir : au bord de la mer, avec des passages sur les falaises. Circuit difficile car vallonné, où l’on ne peut pas espérer faire un chrono.

Pour cette année j’aimerais passer sous les 5h de course et faire un TOP 100. Le TOP 50 ne me semble pas accessible.

 Forme du jour

Depuis quelques temps la forme ne semble ne plus être là...du moins c’est la motivation qui est aux abonnés absents. J’ai du mal à m'entraîner, les sensations sont très mauvaises, les chrono aussi...la météo du mois d'août et du début septembre ne m’aide pas non plus à prendre du plaisir !

Même mon poids n’est pas à son normal...j’ai 2kg de plus qu’habituellement en pleine saison.

Je ne m’inquiète pas plus que ça. Je me suis bien entraîné toute l’année et à mon niveau (qui n’est pas bien élevé), il est assez facile de maintenir son niveau de forme. Je ne serai pas transcendant mais il n’y a aucune raison pour que je sois complètement planté. De plus, mon podium sur le trail de Nice début Aout m’a montré que dès que je mets un dossard la motivation et la forme reviennent.

 Météo

meteo trirace

C’est une catastrophe. Depuis 2 jours il pleut des cordes, il y a énormément de vent et la mer est démontée. J’en arrive même à me demander si la natation ne va pas être annulée.

Pour le jour de la course, la météo annonce un vent assez faible le matin et pas de pluie avant 12h. L’après midi ça devrait se gâter alors mieux vaut ne pas tarder et ne pas perdre du temps sur le vélo.

 Natation

La mer est loin d’être calme, il y a même de sacrés vagues. Les organisateurs décident donc de raccourcir la natation et surtout de nous faire faire qu’une seule boucle pour que l’on ait à franchir qu’une seule fois la barrière de vagues.

Le départ est lancé, c’est folklorique….impossible de rentrer dans l’eau, les vagues nous rejettent, nous rabattent les uns sur les autres. Je pense déjà abandonner, je n’arrive vraiment pas à nager. Certains nageurs sont debout dans les vagues d’autres essaient de nager...mais le résultats est le même, à chaque vague on fait tous 10 mètres en arrière.

vague trirace

Je me dis alors que je laisse tomber le coté compétition de la journée, et que je vais juste me faire plaisir à nager dans une mer démontée. A partir de ce moment là, ça se passe bien, il n’y a plus de pression, c’est même plutôt amusant de se faire secouer dans tous les sens.

Ma nage ne ressemble à rien. Je n’ai pas d’appuis, aucune sensation de glisse...je n’essaie absolument pas de me mettre dans le sillage d’autres nageurs, je n’ai pas envie qu’ils me tombent dessus à la prochaine vague. De toute façon nous sommes tous éparpillés, les trajectoires sont plus qu’aléatoires car on ne voit que de temps en temps les bouées. Il faut juste veiller à ne pas trop se faire déporter par le courant pour ne pas avoir le double de la distance à parcourir.

Sur le retour, vagues dans le dos, ça continue à bien secouer. La dernière m’arrachera d’ailleurs mes lunettes...bien content que je n’avais pas une deuxième boucle à faire.

Natation

Je termine la natation en 28’22...mais il n’y avait que 1275m. Cela fait une allure de 2’05 au 100m mais vu les conditions, je pense que ça ne veut pas dire grand chose.

Ce qui est plus important c’est que c’est le 198 temps sur les 295 nageurs au départ. Pas terrible mais pour un mauvais nageur de piscine c’est déjà ça. Le principal c’est surtout de ne pas m’être noyé et d’avoir passé un moment pas si désagréable que ça.

Pour info, le meilleur temps est de 19’...donc même dans ces conditions, un bon nageur reste un bon nageur !

Ma natation en chiffres (Garmin)

  • Temps : 26’40
  • Distance : 1276 m
  • Allure : 2’05 / 100 m
  • Cadence moyenne : 28 mvt / minute
  • Swolf : 46
  • FC moyenne : 144 bpm
  • Classement et chrono : 198ème

 T1

A la première transition, je retrouve David, un copain du club avec qui j’ai fait le déplacement. Nous avons fait exactement la même natation et lui aussi a pensé abandonner dès le début. D’après les témoignages entendus après la ligne d’arrivée, nous sommes très nombreux dans ce cas. C’est sur que pour ceux qui nagent à l’année en piscine, ça change !

Je fais une première transition assez lente puisque c’est le 99ème temps. Je perds du temps à mettre des manchettes, mais avec le déluge que je me suis pris sur l'IronBreizh fin juillet je préfère être prudent. Cela me permet tout de même de rattraper 26 concurrents et d'entamer le vélo à la 172ème place

 Vélo

Comme je le disais en préambule, j’ai un mauvais souvenir du parcours vélo. Il faut dire qu’en 2014, j’avais mon beau vélo de chrono, flambant neuf et hors de prix...qui n'arrêtait pas de se dévisser de partout sur les routes chaotiques.

Au moins, je ne devrais plus avoir de problème de ce genre avec mon vélo standard.

Je me lance dans cette partie vélo un peu à l’inconnu car depuis plus d’un moins je n’ai plus aucune sensation à vélo. A l’IronBreizh, fin juillet, j’avais fait un bon vélo avec une NP à 231 watts mais depuis rien de chez rien...même dans les cols Niçois j’étais planté et je ne prenais pas plus de plaisir que ça. Les sorties en groupe n’étaient pas plus rassurantes.

Après cette natation inhabituelle, j’ai l’impression d’avoir des jambes correctes. Il y a pas mal de vent mais je trouve le circuit assez bien abrité. Pour une fois, je ne passerai pas mon temps à pester après lui. Par contre le parcours est fidèle à mes souvenirs. Bien triste et peu intéressant pour un bord de mer ! Il y a des passages sympas sur des petites routes sinueuses, mais le + à faire en aller retour sur un boulevard est nul...Heureusement que l’on a encore le goût de la mer sur notre peau sinon il serait difficile de se souvenir que l’on est sur une côte.

Velo

Mon pote David me double rapidement et s’éloigne petit à petit. J’essaie de garder le même rythme pour faire une partie vélo régulière et avoir encore un minimum de jambes pour la càp. On m’annonce assez rapidement que je suis à la 160ème place. Je me dis que ça serait bien de finir le vélo dans les 100 pour ensuite faire mon classement sur la course à pied.

Je double pas mal de concurrents sur la première boucle mais beaucoup moins ensuite. Je n’arrive pas à faire le décompte, on verra bien…

Vers le milieu du dernier tour je double à nouveau mon pote David qui semble être dans le dur...j’essaie de rester régulier. Je finis le vélo dans un assez bon état...la course à pied peut bien se passer.

Je fais le 93ème temps vélo et j’aurais doublé 68 concurrents. Je suis donc maintenant 104ème au classement provisoire (mais ça je ne le sais pas).

Strava et Garmin Connect me diront que j’aurais fait les 3 tours à la même vitesse et avec la même puissance. C’est un bon point.

Mon vélo en chiffres (Garmin)

  • Distance : 84 km
  • Dénivelé : 601 m de D+
  • Temps : 2h34’52
  • Vitesse : 32,5 km/h
  • FC moyenne : 153 bpm
  • Puissance normalisée : 232 w
  • Puissance moyenne : 213 w
  • Cadence moyenne : 83 rpm
  • Chrono : 93ème temps
  • Classement à l’issue du vélo : 104ème
  • Place gagnées pendant le vélo : 68

Ma puissance NP de 232 watts correspond à ce que je fais cette année sur les triathlons L plats. C’est plus que les années précédentes, c’est donc un autre bon point. En 2014, avec mon vélo de chrono j’avais développé 216w pour le même temps.

 T2

 Je double 2 concurrents sur la 2ème transition en faisant le 36ème temps. J’attaque donc la course à pied à la 102ème place.

 Course à pied

 Comme à mon habitude je pars beaucoup trop vite. Je fais les 4 premiers kilomètres avec une allure inférieure à 4’30. Je passe même le deuxième kilomètre en 4’22 sans avoir l’impression de forcer.

Là encore mes souvenirs étaient exactes. Le circuit càp est vraiment sympa avec des passages sur les remblais et sur les falaises mais il est aussi trop difficile pour avoir une vitesse significative.

Le premier tours de 7km se passe très bien, je suis même plutôt facile. Sur le deuxième je commence à être dans le dur. Ma vitesse diminue, je n’arrive plus à relancer. Sur le troisième ça devient compliqué, je n’ai plus aucune sensation, je me traîne !

Je fais le 19ème kilomètre sur les falaises en 5h31, que c’est dur !

Cap

Puis, pour le 20ème et dernier kilomètre j’accélère et je le passe en 4’11...j’aime bien finir mes courses assez fort mais là j’ai presque fait un sprint d’un kilomètre alors que je croyais être vidé.

Je fais cette course à pied en 1h36’37, ce qui est le 51ème temps après avoir doublé 36 concurrents.

C’est exactement le même temps qu’en 2014, mais on peut difficilement comparer ces deux éditions. En 2014 il faisait beau mais la natation avait été très longue...

Ma course à pied en chiffres (Garmin)

  • Temps : 1h39’33
  • Distance : 20,1 km
  • Allure : 4’48
  • FC moyenne : 158 bpm
  • Cadence moyenne : 172 rpm
  • Chrono : 51ème temps
  • Classement à l’issue de la càp : 66ème

Je termine donc la course en 4h44’17 et à la 66ème place. Sur les 295 coureurs au départ il n’y en a plus que 267 classés. Une dizaine aura abandonné dès la natation.

Ma course sur Garmin Connect : https://connect.garmin.com/modern/activity/1969453458

Je suis donc dans mes objectifs même si la natation a été écourtée. Je suis à 6’ du TOP 50, c’est loin mais pas complètement inaccessible.

Comme je m’y attendais j’ai eu de meilleurs sensations pendant la course que lors de ces dernières semaines d'entraînement.

L’Emeraude TriRace reste une belle épreuve même si le parcours vélo est décevant pour le lieu. On a au moins le droit à une belle course à pied en bord de mer qui est adaptée pour les spectateurs. Un triathlon que je referai sans aucun doute dans les années à venir…

 Maintenant dernière ligne droite avant le Natureman des gorges du Verdon. Normalement on doit pouvoir espérer courir sous le soleil !

You have no rights to post comments