Créez et publiez votre CV Sportif

Inscrivez-vous et laissez notre logiciel reconstituer tout votre palmarès sur les triathlons longue distance Français.

Inscription 100% gratuite et sans engagement

 

🍹 I'Rhum Man 🍹

Kontan we zot sur les Caraïbes, sur les iles, sur les Antilles, sur la Martinique, ses plages et ses poissons multicolores, ses bananes et ses cannes à sucre, ses fleurs et ses fruits de toutes les couleurs, son rhum et surtout son rhum de toutes les saveurs, et enfin son triathlon parce qu’il n’y a que cette raison pour que je fasse un voyage aussi long.
8h d’avion pour arriver à destination et une petite semaine pour se mettre en condition, 6h de décalage horaire, 30° et 85% d’humidité dans l’air, l’adaptation se fait allongée sur le sable comme un ver de terre, pani pwoblem ça va le faire.
Dimanche matin 6h du mat, plage des raisiniers à la Trinité, je cherche en vain les raisins mais je suis loin d’être résigné, plage de sable blanc, cocotiers et mer à trente degrés y’a pire comme lieu de condamné, il y a là une petite soixantaine de participants qui ne se doutent pas de ce qui les attends.
2 km de natation pour commencer, apa compliqué, tu vas tout dwoit diwection le bateau et tu reviens diwection le palmier ……..

22851954 1925351684348919 2560635630633253766 n

Pan …… départ à l’antillaise, tranquille au milieu des tortues martiniquaises, chui à l’aise blaise avant la fournaise, j’ai pas fait trois coups de bras que me v’là déjà troisième derrière deux nageurs balaises, j’essaye bien de leur chatouiller les pieds mais je sens que ça va me faire un peu trop transpirer, alors je laisse filer ces deux contrebandiers, faut pas déconner chui aussi venu pour prendre le temps de bronzer.
La bronzette c’est super chouette et la transpiration ça sent pas bon, mais y’a course quand même, alors tant pis, je submerge le bateau, j’éclate la bouée verte, j’explose la bouée rouge et je rentre diwection le palmier ou les palmiers si vous avez oublié de demander lequel il fallait viser …….
Retour sur la plage, j’ai les bras défoncés et les raisins tous séchés, et j’ai bien envie de faire une deuxième excursion dans cette mer d’huile chauffée à point, en général c’est pas mon truc la natation mais là je vous avoue que ça un gout de reviens-y, du genre rhum arrangé qui se boit comme du p’tit lait sans te rendre compte que tu vas finir la tête dans les wc !
Allons, allons, restons en pleine concentration, l’alcool est une affaire de gestion comme le triathlon, enivré par toute cette fermentation, je saisis mon avion en 3ème position, 1mn30 de retard dans le croupion …….

22851960 1925357684348319 3258120572965382586 n

75 km de vélo en plat principal avec 1600m de dénivelé positif, sur le papier ça faisait peur, sur le terrain ça fout la chiasse du gros looser, en gros ça avance à deux à l’heure dans la douleur et ça sent le dur labeur qui va se finir en pleurs.
Le parcours, apa compliqué, c’est diwection tout dwoit sauf quand le signaleur te dit c’est pas tout dwoit, en gros le circuit vélo n’est pas fléché alors faut deviner à vue de nez, alors je renifle l’odeur du premier histoire de le pister dans le bon sentier.
Frais et guillerets, j’aborde le premier rond point pleine bille, les grolles pas encore attachées et le regard toujours dans les palmiers, ben diwection tout dwoit comme y disent ici, tout l’monde crient c’est pas tout dwoit ……. mince c’était à gwauche …. euh à gauche ….. en même temps ils l’avaient dit au briefing, premier rond-point on fait un espèce de demi-tour ….. qu’elle truffe je fais, ça commence bien !
C’est repawti sur la bonne route, je passe rapidement deuxième à la poursuite du local de l’étape, 2mn de retard au premier demi-tour, on repart direction le fameux rond-point, cette fois-ci je choisis diwection à dwoite, tout l’monde crient c’est pas à dwoite ……. c’est tout dwoit …… ah mince, on m’aurait menti, il est pas par là le kiki, j’y comprends plus rien là, j’ai pas fait dix bornes que j’me suis déjà planté deux fois, compas solaire, étoile polaire, recherche de l’azimut, direction le nord et surtout direction Basse-Pointe qui évidemment est en haut de la Martinique pour le prochain demi-tour ……
Il me faut quelques kilomètres supplémentaires pour enfin connecter ma petite cervelle artificielle, je crois que je commence à comprendre leur système de navigation et je crois surtout que je commence à comprendre que la journée est mal embarquée, je regrette déjà de ne pas avoir repérer ce parcours martiniqué.
C’est pas gwave, je pédale sur ma bicyclette tout en jouant aux devinettes, je suis à l’affût du moindre hurlement, moindre marseillaise ou chanson martiniquaise, tout se passe bien depuis un p’tit moment, ça monte et ça descend …… ça monte, ça descend ……. ça monte, ça descend …… et pis surtout ça monte bordel, 10km/h dans un sens, 80km/h dans l’autre, ça me fout le tournis leur histoire, j’ai déjà l’impression de zouker avant l’heure !
Demi-tour à Basse-Pointe qui est toujours en haut de la Martinique, pour l’instant ça pas l’air de bouger il est temps d’en profiter, 45 km d’effectués et j’accuse un retard de 8mn sur le leader ……. oups ….. la douloureuse est bien salée et va falloir se réveiller, on retourne maintenant sur nos pas avec un petit crochet sur la montée d’Ajoupa-Bouillon.
Je n’ai pas encore bu le bouillon mais cette bosse au pied de la montagne Pelée est bien corsée et même si je m’arrose à chaque ravito, la chaleur commence son petit programme dévastateur, je gravis cette côte à pas feutrés histoire de ne pas réveiller le roi Pelée, dare-dare dans la descente faut pas trop trainer sur ces pentes indécentes, je crache pas le feu avec mon vélo de route que je n’ai pas utilisé depuis Noël, comme une dinde en mode pré-cuisson c’est mission accélération tout en évitant l’ébullition.
Retour sur Sainte-Marie pour la fin du bike, on a dû se taper plus de 20 patates plus ou moins douces entre 10 et 20%, y’a pas de souci le poulet est bien boucané, et pour pimenter ce plat bien chaud j’ai un dernier carrefour devinette devant moi, deux barrières et deux personnes en face et une route à gauche, je tourne donc à gauche, tout en gueulant merci doudou …… tout l’monde crient c’est pas à gauche doudou ….. c’est tout dwoit !!!
Ah d’accord, bon ben au plaisir m’ssieurs dames, au moins j’aurai bien rigolé, je me rends sur la ligne d’arrivée un peu désabusé, j’en ai même oublié d’enlever mes souliers de flibustier, pour alourdir la sentence le speaker m’annonce même 9mn50 de retard, j’en espérais pas plus de cinq, là sur le coup me reste plus qu’à partir à la chasse au Touloulou.

22851834 1925369314347156 4931012599757487940 n

18 km de course à pieds en dessert avec une petite bosse et surtout 30° à digérer, apa compliqué, je sais que je peux reprendre pas mal de temps alors vas-y mon gars de toute façon y’a pas l’choix !
C’est parti plein badin sur le bord de mer et son Tombolo à contempler, je tiens un rythme a peu près potable pendant cinq-six kilomètres avant que tout tombe à l’eau, le circuit à faire quatre fois est cette fois-ci bien fléché mais fait trop chaud pour travailler, fait trop chaud pour s’orienter, je trouve encore le moyen de me planter de trajet, j’y vois que dalle dans le dédale de cette course à la timbale, y’a plus qu’à baisser d’allure avant que ça prenne une mauvaise tournure et à arroser le mulet avant que ça commence à trop fumer.
Sur ce circuit de Sainte-Marie, y’a plein de ouistiti qui font leur vie, il y a des poulets et un poney en liberté, des pépés qui se saoulent au rhum sous un palmier, une mémé qui vend des fruits frais sous son abri en pré-fabriqué et un mec en bonnet qu’arrête pas de crier …… y’a même des triathlètes défigurés qu’essayent de se faufiler jusqu’à l’arrivée.
J’ai la tête qui tourne et le boudin noir qui veut sortir de l’entonnoir, alors je cours comme je peux en quête de lieux silencieux et de spiritueux un peu plus gouteux, au final ça avance pas si mal, mais les poulets ont fini par paniquer, le poney a commencé à me courser, les pépés se sont mis à zigzaguer sur le tracé, la mémé s’est caché ou elle pouvait, et le mec au bonnet a continué de crier …… mec, mec, arrête de rêver tu reviendras jamais sur le premier !
Je finis donc 2ème de cet I’Rhum Man en 4h10mn à 5mn tout rond du vainqueur, il est maintenant 10h et des bananes et il est temps de trouver enfin du réconfort dans l’alcool fort.

Les chiffres de la course :
🏊‍♀️   2000m + T1 en 35mn07, 3ème chrono, chaud dans les maillots.
🚴‍♂️   75km 1580mD+ en 2h24mn47, 2ème chrono, 31 km/h pour 263W normalisé, course labelisée no drafting !!!
🏃‍♂️   17,5km en 1h10mn08, 1er chrono, allure 4mn01 au kilo, valait mieux faire la sieste ……

 

You have no rights to post comments