CR du Triskel Race

Vidéo Triskel Race 2017

Créez et publiez votre CV Sportif

Inscrivez-vous et laissez notre logiciel reconstituer tout votre palmarès sur les triathlons longue distance Français.

Inscription 100% gratuite et sans engagement

J’ai l’impression de me répéter dans chaque CR mais le Triskel Race est encore un triathlon LD que je n’ai pas préparé spécifiquement et que j’ai ajouté à mon calendrier à la dernière minute…Mais cette fois ci c’est encore plus vrai que d’habitude, car ce n’est que le jeudi soir que je me suis décidé à courir le dimanche matin. Ca n’a pas été évident car les inscriptions étaient closes et j’ai du compter sur la bienveillance des organisateurs pour me dénicher le dossard d’un “non partant”.

Depuis l’Emeraude TriRace 15 jours auparavant, je n’aurais pas fait grand chose. Beaucoup de récupération et très peu de sport : juste une sortie vélo (en VTT en plus), une sortie natation cool et une en càp. 3 entrainements (1 dans chaque sport) en 2 semaines c’est vraiment rien !
D’un autre côté, je compte sur les compétitions pour me maintenir en forme. Cela m’évite de passer trop de temps à l'entraînement alors que la motivation n’est plus là avec cette météo bien maussade…
L’autre avantage c’est que je gagne du temps pour préparer mes affaires : mon vélo est resté dans sa housse depuis le dernier triathlon !

Je vais peut être regretter ma séance de course à pied du mercredi : 17km avec 10km allure half (4’30), ce n’est peut être pas une bonne idée 4 jours avant une épreuve. Je verrai bien !

 

Objectifs

Me faire plaisir et gagner encore un peu plus d’expérience sur triathlon LD.
Je prends cette course comme une dernière sortie longue avant le Natureman du 8 octobre, épreuve étant sensée être le troisième et dernier objectif de l’année (avec le duathlon de Douai et le triathlon de Dijon)
Le but principal de cette sortie et d’essayer de faire une vraie natation en groupe. Celle de l’Emeraude TriRace n’ayant ressemblé à rien car il m’avait été impossible d’avoir des sensations de nage dans une mer démontée.
Côté résultat, je veux obligatoirement être sous les 5h et dans le TOP 100. Un top 50 serait une vraie satisfaction. Je l’ai loupé à 6’ à Saint Lunaire, il faut que j’essaie de rentrer dedans cette fois ci.
Le plan idéal serait de sortir de l’eau à la mi-classement (donc 150ème), finir le vélo à la 100ème place et rattraper 50 concurrents sur la càp. Sur le papier c’est faisable. Juste, mais faisable !

Météo

Est-il nécessaire de parler de la météo Bretonne ?
C’est ma troisième épreuve en Bretagne cette année, la troisième où la météo s’annonce catastrophique :

  • Sur l’IronBreizh (Lorient) on eu de fortes pluies froides (le CR de ma course)
  • Sur l’Emeraude TriRace (Saint Malo) on est passé entre les averses mais on eu le droit à un bon petit vent et une mer vraiment agitée (le CR de ma course)
  • Alors, que nous réserve cette édition du Triskel Race ?

meteo triskel

Le seul point positif semble être l’absence de vent. C’est déjà ça...voir même le principal pour moi !

 

Natation : 1800m

Il s’agit d’une boucle de 900m à faire deux fois avec une sortie à l’Australienne.
Nous sommes 292 au départ, la mer est d’huile car nous sommes dans une crique...l’eau est très froide, bien trop pour mon faible % de masse grasse. Ca me brule les chevilles. Je n’ai aucunement envie de me les geler en essayant de m’échauffer. Je reste donc sagement sur la plage à attendre le départ. Il faut être Breton pour aller dans une eau aussi froide sans y être poussé par la foule.
Le coup de feu est donné, on se jette tous dans la mer, le froid est saisissant…
Ca frotte beaucoup, je prends pas mal de coup mais je m’éfforce de rester dans un groupe. Une fois réchauffé, la natation est agréable et je prends du plaisir. J’ai l’impression de faire une nage correcte même si je sens bien que mes appuis perdent du rendement sur la fin.

triskel nat

Je sors de l’eau à la 167ème place (sur 292). J’ai fait une nage comme je les fais cette année. Ce n’est pas bon mais pas ce n’est pas non plus trop catastrophique.
Je suis à 20” de la mi-classement, donc pas trop loin de mon objectif.

Ma natation en chiffres (Garmin)

  • Temps : 33’39
  • Distance : 1839 m
  • Allure : 1’50 / 100 m
  • Cadence moyenne : 29 mvt / minute
  • Swolf : 41
  • Classement et chrono : 167ème

J’ai eu une allure de 1’50 alors que j’aimerais bien être sous les 1’45. Je n’ai pas assez d’expérience en mer pour savoir si je suis sensé y nager plus ou moins vite que dans les lacs ou rivières.

T1 - Première transition

Arrivé à mon vélo, je constate que les affaires sont déjà trempées et qu’il c’est mis à pleuvoir pendant la natation.

Comme sur presque tous les triathlons de cette année je prends le temps de mettre mes manchettes. J’ai tellement eu froid sous la pluie de l’IronBreizh que je préfère être prévoyant et perdre un peu de temps.

triskel T1

Je fais le 72ème temps lors de cette transition. Ce n’est pas assez rapide, car logiquement, si je veux rentrer dans le TOP 50, tous mes chrono intermédiaires doivent y être aussi...surtout que je pars avec l’handicap du temps perdu pendant la natation.
Je rattrape tout de même 33 concurrents ce qui me place à la 134ème place.

Vélo : 84km / 730m de D+

Il n’y a qu’une seule boucle de 84km.

Dès le début du vélo il pleut et il y a de la bruine, mais au moins il ne fait pas froid. On ne voit pas grand chose, c’est dommage car le circuit semble beau. On commence par longer la côte avant de rentrer dans les terres. Le retour nous fait passer de ports en ports dans de petits villages Breton. Un vrai circuit touristique, ça change de l’Emeraude TriRace et de son parcours vélo insipide. Comme je l’ai dit pour l’IronBreizh, ça donne envie de revenir un jours de beau temps (en imaginant que ça puisse exister).

triskel velo

J’ai du mal à cerner mes sensations. Il n’y a pas de longues bosses pour me jauger et le fait d’être constamment attentif pour ne pas glisser m'empêche de bien me poser sur mon vélo.
Je ne double pas autant de concurrents que je le souhaite mais j’ai l’impression que ça se passe pas trop mal. Le circuit est agréable et je ne suis pas dans le dur. C’est vraiment dommage que la chaussé soit détrempée...mais bon, c’est pareil pour tout le monde !

Je fais le 92ème temps vélo. Je suis maintenant à la 99ème place après avoir doublé 35 concurrents.

Mon vélo en chiffres (Garmin)

  • Distance : 84 km
  • Dénivelé : 730 m de D+
  • Temps : 2h33’57
  • Vitesse : 32,7 km/h
  • Puissance normalisée : 237 w
  • Puissance moyenne : 208 w
  • Cadence moyenne : 81 rpm
  • Chrono : 92ème temps
  • Classement à l’issue du vélo : 99ème
  • Place gagnées pendant le vélo : 35

Je bas mon record de puissance NP sur un triathlon L pour 1 watt, mais je suis aussi un peu plus lourd que d’habitude. Je pense donc avoir fait une partie vélo correcte.

T2 - Deuxième transition

Il pleut toujours. Heureusement, j’ai eu la présence d’esprit de mettre mes chaussures de càp dans un sac plastique.

Je fais le 87ème temps et gagne à nouveau 4 places. J’entame donc la course à pied à la 95ème place. Le plan se déroule sans accroc….c’est juste dommage que je ne le sache pas, ça aurait pu me motiver à me dépasser un peu plus.

Course à pied : 21km

2 boucles de 10,5km
C’est maintenant que tout peut se jouer pour mon classement final. Je vois beaucoup de concurrents devant moi que je dois aller chercher. Soit c’est eux qui courent trop vite, soit moi pas assez, mais je ne double pas comme j’en ai l’habitude. Au moins, contrairement à l’IronBreizh, je ne me fais pas non plus rattraper. Le moral tient bon. Je sais que la càp sera longue et que ça peut bien se passer si je prends mon temps en étant régulier.
Je regrette ma sortie du mercredi. Ma foulée n’est pas aussi souple qu’elle devrait l’être et j’ai les jambes dures. La pluie n’y peut être pas non plus pour rien.

cap

Sans être difficile, le circuit n’est pas non plus roulant. La première partie est dans les terres sur des chemins d’exploitations avec de bonnes bosses. La seconde partie est sur la route, le long de la mer. C’est très joli, mais vallonné et exposé au vent (qui n’est pas trop gênant).
La course à pied se passe relativement bien même si je n’ai pas mon allure habituelle.

Je fais le 49ème temps ce qui me fait terminer à la 63ème place après avoir doublé 32 concurrents.

Ma course à pied en chiffres (Garmin)

  • Temps : 1h39’21
  • Distance : 21,16 km
  • Allure : 4’42
  • Cadence moyenne : 171 rpm
  • Chrono : 49ème temps
  • Classement à l’issue de la càp : 63ème

Ma course sur Garmin Connect : https://connect.garmin.com/modern/activity/2003098144

Les résultats complets : https://www.t2area.com/resultats-du-triskel-race/results/463-resultats-du-triskel-race-2017.html

 Après 4h52’14 je suis à 5’ du top 50...exactement comme à l’Emeraude TriRace. Il faut donc que j’arrive à gratter 2’ par discipline pour réussir à faire ce que je veux.

A deux semaines d’intervalles j’aurais fait exactement les deux mêmes courses. En vélo, pour la même distance, je fais le même temps (à 1 minute près) avec la même vitesse et une puissance quasi identique. Sur les deux courses j’arrive à T2 à la 100ème place.
Je fais ensuite la même càp pour finir à la 63ème et 66ème place du général (pour le même nombre de concurrents). Il n’y aura que les natations qui auront été différentes mais vues les conditions de la première, on ne peut pas comparer.

Globalement, je ne peux être que satisfait de cette course que j’ai abordé comme un entraînement. Je ne suis pas sur que j’aurai fait mieux si je l’avais préparé spécifiquement.
Il me manque toujours un petit quelque chose pour arriver dans mes objectifs mais je pense que c’est réalisable. Je travaillerai cette hiver pour y arriver.
J’aurais passé une très bonne journée et le Triskel Race est, sans hésitation, le plus beau triathlon de Bretagne que j’ai pu faire. Une épreuve à retenir pour les prochaines années. Par beau temps, le circuit doit être magnifique.

Maintenant place à la récup cette semaine et un week-end d’entrainement avant le NatureMan du 8 octobre.

 

You have no rights to post comments