Ma vie de sportif s’est arrêtée début décembre 2015 à l’arrivée de la saintélyon.
En effet, 2016 reprise des études à paris avec très peu d’entrainements et blessé systématiquement lorsque je forçais un peu, sans compter les chutes à vélo avec toutes les conséquences que cela engendrait.
2017 : encore moins de sport car une prise de poste avec une amplitude horaire très large et la reprise  des astreintes 1 semaine toutes les 5 semaines.
Eté 2017, je me dis que si je ne me fixe pas un nouvel et « gros objectif » pour les années à venir je vais m’encrouter. Donc inscription à l’Aquavélopode (club de triathlon de dole dans le jura) avec comme seul objectif sportif de grappiller des conseils en natation pour apprendre à nager longtemps à défaut de nager vite. Fin novembre je décide de m’inscrire au Half Ironman de Vichy avec en arrière pensée l’idée de repérer le parcours et l’orga pour faire le « full »Ironman en 2020. Le voilà le vrai objectif.
19 juin 2018, cela fait un mois que je monte en puissance et là accident de vélo en descente (je heurte de plein fouet une voiture qui grille un cédez le passage). Je m'en sors miraculeusement juste avec le nez cassé. Reprise du vélo au bout de 3 semaines, 1 de plus avant de reprendre la cap et encore 1 de plus avant de renager.
J’arrive donc à Vichy le jeudi 23/08 au retrait des dossards loin d’être serein. En effet, j’ai aux compteurs depuis le début de l’année :
80 km de nat ;
370 km de CAP (dont 1 seule sortie à plus de 10 km) (1 500 km mini les autres années à la même période) ;
1 700 km de vélo (2 500 mini les autres années).
Le vendredi 24/08: repérage du site lors de la dépose du vélo et des sacs transition puis repérage en voiture des 90 kms de vélo.
Le samedi 25/08: levé à 03H45 pour manger un bol de riz. Décollage du gite à 05H05. Arrivé sur site vers 05H50.
Bonne nouvelle, j’apprends que la combinaison est autorisée.
06H30, je me place dans le SAS natation 45’ (c’est mon objectif). Le premier départ est prévu à 06H50 puis rolling start par 6 toutes les 7’’.
L’attente est longue, je n’ai pas de montre, il fait froid (8°). Je tremble (je l’avoue autant à cause du froid que du stress). Arrive mon tour : aller hop plouf sous un ciel couvert dans une eau très trouble. Les sensations sont bonnes et je n’ai plus aucun stress (quelques minutes avant le grand saut j’avais contrôlé ma respiration comme avant une allocution).  Le courant est de sens contraire mais tout va bien, je gère. Retour, je commence à avoir froid. Je sors de l’eau sans aucune fatigue. (Après analyse des résultats j’ai sauté à l’eau à 07H30 et nagé 50’, un peu déçu…). Il pleut légerement. Je prends le temps de bien me changer. Sortie du parc vélo, ça glisse un peu, plusieurs chutes devant moi. Je mets mon compteur sur la fonction moyenne. Je me suis fixé 30 km/h de moyenne (moyenne tenue tout l’été lors des entrainements). Je pose le vélo en 03H00’02’’ pour 91, 25 kms soit 30,3 km/h de moyenne ;-) Je me dis quand même que demain, les copains vont partir pour un tour de plus et qu’à cet instant je ne serais pas capable d'enquiller un tour de plus.
Le soleil commence à pointer. J’ai mis ma montre lors de la 2ème transition. Je jette un œil au 1er km de CAP : 12,6 de moyenne. Je sais que c’est trop au regard de mon niveau actuel mais je n’arrive pas à ralentir. KM 2 : 12,2. Je commence à avoir un point en bas de la cuisse droite, ça sent l’arrivée des crampes. Du coup je prends un verre de st yorre au ravito pour apport de sel et un de coca pour le sucre car je commence à me trainer. Au km 6 : grosses douleurs gastriques (avec le recul, surement un mix de la bonne tasse prise dans l’eau trouble de l’allier, le froid sur le ventre en vélo et les bulles de st yorre et de coca). Je me traine jusqu’à ce que vers le km 7 j’arrive enfin à « péter ». Ouf ! En plus je n’ai rien mis dans le boxer ;-) ça me fait un bien fou, je repars alors sur une allure supérieure à 10 km/h.
Km 9: j’aperçois ma Compagne et mes Enfants. Je ne les attendais pas avant la ligne d’arrivée, cela me booste. Tous les voyants sont au vert, c’est décidé, je vais m’attacher à tenir l’objectif CAP fixé avant le départ (moins de 2 heures). A l’arrivée du semi 01H57. Je me retourne et vois que j’ai franchi la ligne en 06H02 (objectif fixé lors de mon inscription en novembre 06H00 maxi. Objectif revu avant le départ pour les causes évoquées plus haut 06H06 maxi). L’émotion m’envahi, j’ai le souffle coupé. Putain que c’est bon le sport, beau la vie, quelle chance j’ai.