Si je vous dis que j’ai pris mon pied, vous allez dire oui , mais comment? A vrai dire c’était mal barré car malgré un samedi bien rempli, je me retrouve avec un mal de tronche en fin d’après midi. J’ai beau me détendre avec mon fils à la piscine, rien ne change. Du coup, je me couche avec ce mal de tête. Réveil ‪à 4h30‬, ouf le mal de tête a disparu, apres un bon petit déjeuner ‪5h30‬ départ pour le Lac de Peyrolles. En sortant de la voiture sur place, je me rends compte qu’il fait super frais, j’ai froid… j’arrive sur le parc et je vois mon vélo dont j’avais protégé le Guidon Aéro et ma selle avec des sacs poubelles et pour cause la rosée était passée par là. Je récupère un sac poubelle que j’enfile pour me protéger du froid. Je vois mon pote Jo du Club qui stresse un peu… Je gonfle mes roues puis j’enfile ma combi de Nat mais pas complètement… je me dirige seul vers le lac, jusqu’à la zone de Drop du sac de ville. Je finis d’enfiler ma combi avec l’aide d’un participant, puis j’arrive au bord du Lac. Je vois pas mal de nageur entrain de s’échauffer et personne, mais alors personne dans les SAS de départ. Il est environ ‪7h10‬ et par contre, je vois tous ces nageurs dans l’eau avec cette brume et se levé de Soleil au fond du lac. C’est juste magnifique. Une espèce de plénitude règne au bord du lac. Les photographes se donnent à cœur joie. J’en profite pour aller mettre mes pieds dans l’eau. Je suis ZEN. « Ca va », j’engage la conversation avec un participant. Je lui dis ‘’ un bon 17° ‘’ il me répond : ‘’oui, certainement. ’’On en profite pour contempler le spectacle que nous offre la nature. Il est ‪7h20‬ je me dirige vers mon SAS. C’est un Roll In Start (par groupe de 6 ont part toutes les 8 Secondes) J’avais décidé de partir dans le SAS 30-32 minutes (Temps estimatif à l’arrivée des 1900 de Natation) sachant que les Pro partent 10 minutes avant les amateurs, puis les moins de 30 minutes pour un départ ‪à 7h40‬. Finalement, je ne perd pas trop de temps sur le départ puisque je pars ‪vers 7h46‬. Sachant que les derniers partiront 50 minutes après tout le monde. C’est mon tour, un peu surpris, je cours dans l’eau, je marche dans l’eau et je finis par nager. L’eau est fraiche mais ca va, on a une petite brise qui souffle de face, comme je ne me suis pas échauffé, je décide d’allonger, amplitude max, j’ai l’impression d’avancer de mieux en mieux je suis super détendu, je reviens rapidement sur les gars de devant, puis sur d’autre… Certainement des participants qui ne souhaitent pas faire le reste de la course derrière. Mais du coup c’est un peu la pagaille au bout de 600 mètres (J’avais compté les bouées 9 à l’aller) d’autant que tout le monde est à la corde. C’est simple, sur l’aller j’ai touché toutes les bouées pour être au plus prés. Bien sur il y a le gars qui essaie de garder ton rythme dans tes pieds, ou le gars qui se tire la bourre avec un autre qui te prennent entre deux. J’arrive à la bouée qui vire à droite, je décide d’accélerer dans le virage. (Il y aen a toujours qui font du waterpolo, c’est l’entonnoir). Ca passe, je regarde ma montre 16’52, Il me reste 1000 environ, et la Brise avec moi et surtout, une diagonale que j’avais repère avant. Apres avoir viré sur la bouée du retour, je prends la diagonale, je vis un point precis. Car tous les autres sont collés aux bouées du retour. Puis je vois un gars qui revient sur moi, tous les 3 temps de respirations on se regarde. Je souris intérieurement, et je me dis, il a tout compris et il va plus vite que moi, Je prends sa vague un temps et lorsque qu’il me dépasse je me mets dans ses pieds. Je vais le suivre pour m’économiser et à 100 mètres de l’arrivée, il a accéléré, je ne l’ai plus revu d’autant que beaucoup de participants se rabattaient sur nous. Je vire sur la dernière bouée à 30 mètres du bord, je touche le fond, je sors la tete de l’eau, je regarde ma montre.
Je crie un YES, le poing rageur, premier pari gagné, j’avais dit entre 32 -35 minutes, je serais content. 32’15 (Officiellement 32’39). Je sors avec le sourire, je ne regarde même pas la ligne de départ ou certains sont encore entrain d’attendre le départ. Je pars en petites foulées jusqu’au parc à vélo puis je vois un banc et un peu d’herbe. Sachant l’espace étroit pour me changer dans le parc, je décide d’ôter ma combinaison. J’ai eu quelque difficulté à passer mon coup de pied pour l’enlever rapidement, puis je repars et je ramasse un bonnet par terre (j’avais dit à mon gâter que je lui ramènerai un bonnet ), avec le temps, il se dégrade. J’arrive au parc plus de 4 mm après (600 mètres sépare le plan d’eau du parc Vélo). J’attrape immédiatement mon sac, car j’avais mis un petit scotch Bleu pour le repère parmi tous les autres sacs. J’avais roulé ma Isuit, pour mettre mon maillot vélo club (plus pratique pour mettre manchette, gant , ravito, compteur Garmin et GoPro) Et oui, j’ai pris ma GoPro pour garder certain souvenir, surtout pour la course à pieds (avec mon Gaté). Je sors du parc à vélo, et je me dis ta merdé grave. (Presque 8 mm) Puis je pars en vélo, je me teste sur le vélo pour savoir si je mets mes manchettes et mes gants. Finalement, je me dis que c’est bon, j’envoie… Bizarrement mes jambes sont un peu dures. J’hésite à mettre la plaque (gros braquet pour les novices) puis je me dis et merde tu verras bien, bois et roule. Je me régale jusqu’à St Paul à plus de 32 de Moyenne avec un léger vent de face le même qu’en Natation. Bien sur je me fais doubler à tout va. Ce n’est pas grave, je suis dans les temps de passage que je me suis fixé, et je me préserve pour la fin du parcours. La cote de Ginasservis ou je vois un supporter Christophe pour pas le nommer… Ca fait du bien au moral, même si tout va bien et que j’ai la banane. Il fait très bon, pas trop de soleil, et je me jete vers Rians à fond les ballons à plus de 40 de moyenne, mais il y a un léger vent de travers, je ne saurai dire. Je n'avance pas comme je voudrais, je me fais doubler par un Gros paquet ( 15 gars à Drafter à mort, un truc de dingue) Je les laisse partir bien sur. Je pense que j’aurai pu les accrocher. Mais non, ce n’est pas l’esprit. Ce n'est pas une Cyclo. J’arrive sur Rians et dans le faux plat montant pour prendre la route qui mène à Pourriere, un concurrent me double. Et je hurle, CHAPEAU, YES, Come ON… Il n'a qu’un seul bras, il force le respect… et il part et je ne le revois plus… puis j’arrive dans la descente sur Pourriere, je suis à fond, des jambes de feu, pour le coup c’est moi que double et redouble, je connais le parcours, je me régale. Les virages sont dangereux… Oups un concurrent à terre. Rien de grave il a l’aire lucide à l’ombre dans le fossé. Puis je me tire la bourre à l’entrée de Pourrière avec un Vélo chrono d’un autre monde. On s’échange des sourires, on se double et redouble car il ne connaît pas la route. Direction Puyloublier , jusqu’au pied du Col de Cengle. Satisfait car je passe les 70 km à plus de 30km/h de Moy, je me dis que le contrat est presque rempli. 3 km de col que je passe à mon allure. Je me lance désormais à corps perdu sur Aix en Pce St Antonin, puis le Tholonet, mais je ne suis pas aussi efficace. Je ne comprends pas vraiment d’autant que je rate un virage en épingle. Je me rends compte que le plaisir est là, mais que je n’arrive plus à appui comme je voudrais, pourtant je pense faire le métier, mais je n’ai pas la Grinta. J’arrive en Ville et c’est mort, je m’étais fixé moins de 3 heures et ce ne sera plus le cas, surtout sur un parcours de 87 et non 90. ‪3h05‬ . Ca reste un bon moment de vélo. Je rentre dans le Parc à vélo au 2/3 vide. Et je prends mon temps avant mon footing. Oui un footing, car sans entrainement CAP et pour cause (Problème de Ménisque), je me dis fais ta course tranquille et préserve ce menisque. Elle ne sera pas si tranquille que ca. Je part à 5’20 au kilo, quand je me rends compte que je ne vais pas pouvoir aller plus loin. Pas parce que j’ai mal au cannes ou un moral à plat. Non, comme toujours, le même problème… Je suis certainement trop alimenté en eau et autres Gel et pourtant je n'ai du en prendre que deux , un bout de Banane et de pate d’amande. C’est dur, je suis bloqué, trop c’est trop, je marche, je repars je vois Fabien qui m’encourage. Je n’y arrive pas… Et comme toujours, il faut que j’évacue… Et hop deux doigts dans la bouche, Je repars, je me mouille au ravito, je marche dans les cote et je cours sur le plat. Je n’y arrive pas. Et puis ma Chérie, mon gaté, et les amis sont là pour m’encourager, je repars avec mon fils qui fonce à tout allure. Je suis à 7km/h mais ca va, car au final, et contrairement à l’année dernière je ne suis pas tout seul. Et oui, d’être parti parmi les premiers, me permet d’être toujours avec des concurrents, certes ils me doublent , et je ne suis pas tout seul. C’est donc 3 boucles de 7 km assez vallonnées mais tellement appréciables, avec une ambiance incroyable. Je passe la premiere boucle en 45 mm ( Je suis désespère). Je me dis, hormis ce probléme, tu n’as pas d’autre pépin physique. Il fait beau, ta famille et amis sont là. Tu n’es pas venu pour une preformance en course à pieds d’autant que tu t’es pas entrainé. Allez on y va tranquillou. Je me remets les doigts dans la bouche, rien ne sort hormis quelque Rototo. Ca m’aide à courir un peu plus longtemps. Je revois Fabien dans le Parc qui m’encourage encore. Dernier tour, j’arrive dans le parc forestier, j’avais pris une gorge de coca juste avant. Et là je n’avance plus. Je vois un pompier, je suis accoudé à un arbre. Il me demande si ca va. Je lui dis que je vais me mettre deux doigts dans la bouche (Pas trés gai tout ca). Et il me dit vas y. Je ne sais pas pourquoi, il m’a donné confiance. Pour la troisième ou quatrième fois . Et je repars tranquillement. Et enfin, je me sens bien. J’allais dire, la course peut enfin commencer, il doit rester 3 ou 4 kilo sur les 20, oui ce n’est pas un vrai semi non plus il n’y a que 20 kilomètres. Et je suis à 5’ au kilo et je me sens bien, dommage que je n’ai pas pu courir comme çà. Et puis je me dis peut etre que tu aurais eu mal au genou, ou que tu vas avoir mal demain. Je m’en fou, je cours je double plein de monde à l’agonie. Bon ca tire un peu, mais qu’est ce que c’est bon. Je profite pleinement de ces derniers moments. A 200 mètres je retrouve mon gâte qui veux courir avec moi jusqu’à l’arrivée. Je le filme, il vole, il est heureux mais je suis plus heureux que lui, de le voir courir à mes cotés. Mais on est stopé à l’entrée de la Finish Line par un arbitre qui me dit Si vous rentrez avec lui c’est carton rouge .. Disqualifié...J’hésite, puis je lui dis ok, sa mère est à deux cents mètres sur la droite.
Et je franchis la ligne seul, en ayant confié mon fils de 4 ans à une inconnue (l’arbitre était une femme). On me remet la médaille et… coup de stress… Et si … elle n’a pas retrouve ma femme, et Si … P..tain qu’est ce que j’ai fait… Je vois un pompier à qui je demande de téléphoner à ma chérie. Elle ne répond pas. Je récupère mon t-shirt et je file récupèrer mon sac avec mon téléphone, lorsque que j’entends une annonce générale. Nathan N… est attendu par son Papa à la Finish Line « S’il veut bien se dépêcher pour le récupérer rapidement » Je cours et je le vois entre de bonnes mains, pas inquiet. L’arbitre me dit que cela aurait pu valoir un carton rouge… J’explique qu’il y a trois ans à Frankfurt, je l’avais dans les bras à l’arrivée. Bref, Ok c’est bon tout fini bien, la maman nous à rejoint dans le parc heureusement j’avais pris un Badge Accompagnateur Finish Line. Des regrets, non absolument pas… enfin dégoûté que mon capteur de puissance n’est pas fonctionné car c’est une base de travail qui aurait pu m’aider pour mes prochaines échéances. Et l’autre point, c’est que je vais me préoccuper sérieusement de mon problème alimentaire. Sinon, super organisation, merci aux bénévoles, merveilleux moment de sport, de dépassement de soi avec une ambiance dans un cadre idyllique. Encore merci à tous pour vos encouragements, à Jean-marc, Sandrine, Christophe, Fabien , à Micoco, ma chérie, et bien sur mon gâté.
Finalement, qu’avez vous pensé de ma façon dont j’ai pris mon pied ? Sportivement bien sur.

 
 
Certaines fonctionnalités de ce site (partage de contenus sur les réseaux sociaux, lecture de vidéos) s’appuient sur des services proposés par des sites tiers. Ces fonctionnalités déposent des cookies permettant notamment à ces sites de tracer votre navigation. Ces cookies ne sont déposés que si vous donnez votre accord. Vous pouvez vous informer sur la nature des cookies déposés, les accepter ou les refuser globalement.
Plus d'info Je donne mon accord