Quelques jours se sont écoulés maintenant depuis l’IronMan de Nice. Ivan et Manu de Ze Team étaient au départ, ils ont fini tous les deux, ce sont donc des IronMens, des hommes de fer, ils ont bravés l’impossible, l’extrême, ils ont puisé au plus profond d’eux-mêmes pour relever cet immense défi … Nan, en vrai ils ont juste passé un super weekend avec une dizaine de copains, ils ont fait la bagarre, et ils ont trouvé ça plutôt cool 

Swim leg :

Manu : Etant un piètre nageur (ndlr : « il avait écrit « moyen » mais la vérité c’est qu’il sait à peine flotter), je voulais faire l’impasse sur la natation dans mon Race Report, et tant mieux parce qu’il est déjà trop long. Ivan voulait aussi faire l’impasse sur le marathon mais ça en revanche on va quand même le garder 

Ivan : une de mes pires nat sur IM. Pourtant avec le rolling start je m’attendais un truc assez calme, mais j’ai accumulé les mauvais choix : mauvais positionnement au départ, puis départ un peu rapide. Bref je me suis pris pour un nageur ! Mais au final j’ai eu chaud, je me suis retrouvé sans bonnet suite à un passage de bouée compliqué et les sensations étaient pas au rdv. Une nat à oublier pour moi !

Bike leg :

Manu : sur les précédents IM que j’avais fait, j’en avais toujours raz le bol de pédaler après quelques heures. A Nice, c’est tout l’inverse. Le parcours vélo est absolument somptueux. Les paysages sont magnifiques, le profil est super varié avec du plat, des bosses, un col, des belles descentes, on en redemanderait presque.

Le mot d’ordre était de rester le plus calme possible jusqu’en haut de l’Ecre, pour garder du jus sur la seconde partie et ne pas être trop cramé sur le marathon. J’ai pris mon mal en patiente durant la bataille entre le petit diable dans ma tête qui me disait « allez vas-y, t’as les cannes t’es chaud, attaque » et le petit jésus « attend, c’est long un IM, tu te referas dans la descente et sur le marathon, laisse les partir, ils vont prendre un shoot à pied de toute façon ». J’arrive en haut de l’Ecre avec Nico, et là terminado la rigolada, c’est partie pour garder une bonne puissance sur les parties plates et les descentes, un vrai régal sur ce Cervelo P5. Je prends mes petits gels GU et bois ma boisson Roctane aussi régulièrement que je peux, tout se déroule à merveille. Lors du retour jusqu’à la prom, je mets exactement les mêmes watts qu’à l’aller, les sensations sont excellentes, je me sens frais, je commence à me dire que j’ai bien fait de laisser le petit jésus gagner la bataille. J’essaye tout de même de ne pas trop penser aux 10 minutes que Ivan vient de me coller à vélo 

Ivan : de mon coté pas de petit Jésus, je reste facile tout du long, en mettant les watts aux bons moments : dans l’Ecre où je me fais dépasser par des gars qui se traînerons ensuite en descente, puis dans Coursegoule où y’a déjà plus personne.

Je récupère quelques pro dans l’A/R au col de Vence, puis la tête femme dans la dernière descente, là je me dis que ça commence à sentir bon. A ce moment là je comprends pourquoi ils veulent tous prendre la tête à vélo : une moto gendarme pour ouvrir la route, une moto caméra, une moto photo et une moto arbitre. Bref mieux vaut sortir devant en natation sur ce genre de course, vu le vent ça doit bien aider ! Et je vous raconte pas la galère pour doubler ce convoi en descente… Bref un bas de la dernière descente je coupe le moteur malgré le vent de face, ça avance pas beaucoup ! L’arrivée à T2 est géniale, les bénévoles et le public nous attendent et ça booste ! Un très bon chrono, pas d’énergie gaspillée inutilement, ça valide le travail effectué cet hiver à vélo.

Run leg :

Manu : Après une transition où je prends mon temps, je me badigeonne de crème pour ne pas prendre feu, c’est parti pour les 4 tours sur la Prom’. Dès les premier kilos je me dis que je suis super bien. Je limite mon allure au maximum en me disant que je n’ai pas le niveau pour courir le marathon à cette allure et que ça risque de très mal se terminer cette affaire, mais étonnamment tout semble très bien se passer. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai vraiment des super cannes. Après quelques kilomètres, l’allure est toujours stable, les bpms aussi, je commence à être confient pour ce marathon.

Je croise entre autres Charlotte, Côme et Guillaume qui m’encouragent autant qu’ils peuvent. Je commence aussi à croiser les copains qui terminent leur vélo. A la fin du premier tour j’arrive au niveau d’Ivan qui n’a vraiment pas l’air au top, j’essaye de l’encourager mais je ne suis même pas sûr qu’il m’entende. Les tours 2 et 3 se passent sans trop de soucis, et Guillaume me booste à donf à coups de « c’est énorme ce que tu fais, t’es passé 3ème de ta caté, devant ça va beaucoup moins vite, t’es facile, continue comme ça et tu vas faire la ZE course ». Difficile de se relâcher dans ces conditions  A la fin du 4eme tour je reviens sur Edward qui est lui aussi second de son GA, on termine la course ensemble avec un petit sprint sur la finish line. Je mets 2h59 pour terminer cette course à pied, bref tout s’est super bien passé 

Ivan : Le marathon aura duré à peine 5km pour moi, le temps de me rendre compte que je n’ai pas mangé assez sur la fin du bike. Plus de son, plus d’image, arret aux stand au km7 et la fin pour finir…

Bilan :

Manu : une course absolument magnifique, un chrono de 9h19 bien au delà de mes espérances, une 19ème place au scratch et une 2ème place chez les M30-34, je suis super content  tout s’est déroulé à merveille, et c’est pour des journées comme celles-ci que l’on s’entraîne tout l’année.

Ivan : un très bon chrono vélo que je n’ai malheureusement pas validé à pied. Quelques ajustements à faire coté nutrition pour la prochaine course, qui sera très probablement Embrun !

Merci à nos partenaires dont GU Energy qui  a permis à nos deux athlètes de courir dans les meilleurs conditions.
Et enfin un énorme merci à tous pour vos nombreux encouragements, à la sortie de la nat, sur la partie vélo, sur le marathon ou sur le suivi live sur la page Ze Team, ça fait plaisir de se sentir soutenu ! Mention spéciale à Guigui, notre ancien teamate qui s’est pas économisé sur la prom’ pour encourager nos deux marinières !

You have no rights to post comments