Le déplacement à l'Alpe d'Huez est un rendez-vous traditionnel du club de triathlon de Saint-Raphaël, Olivier Marceau nous y organise tous les ans un stage et beaucoup de membres participent au différentes courses de la semaine. Pour moi c'est le 2e gros objectif de la saison après le Ventouxman, et contrairement à début juin, je me sens en pleine forme les jours précédent et j'ai hâte d'en découdre! Olivier m'a pistonné auprès de l'organisateur et j'ai le dossard 13 avec les pros donc il faut que j'assume. Et pour finir de me motiver, un jeune talent du club, Valentin Thomassin, participe à son 2e long ici après avoir fait 2e au LD de Hyères, il va falloir le rattraper avant l'arrivée!

Je prends le départ natation complètement à gauche, ce qui me permet d'éviter la baston et de pouvoir nager tranquillement. Mais tellement tranquillement que je sors de l'eau en 41 minutes (parce qu'en plus ils nous ont mis du rab dont je me serais bien passé...), en nageant autour de 1'40 au 100 alors que d'habitude je fais du 1'30... Point positif, je suis en pleine forme!

A la sortie du parc l'arbitre zélé me fait repasser la ligne parce qu'il pense que je suis monté trop tôt sur le vélo, alors que je suis certain que non. Je remarque sur la vidéo de la course que Van Lierde est descendu de son vélo après la ligne à T2 et que personne ne lui a rien dit... Du coup ça m'énerve et je pars à 500 watts dans le premier raidar, quel con! En haut la team St-Raph m'annonce 11 minutes de retard sur Valentin, et là je comprends que j'ai pris très cher en natation, je ne suis pas près de le revoir.

IMG 10051

Je me cale sur mon tableau de marche, 200-250 watts sur le plat et 280-290 dans le 1er col, tout va bien et les jambes sont excellentes. Je double des dizaines de concurrents, c'est l'avantage de mal nager, la dynamique de course est positive! Au ravito de l'Alpe du Grand Serre j'ai fini mes 2 litres de boisson énergétique et je demande un bidon mais le bénévole me donne 2 gels dont je n'ai pas besoin et que je jette, tant pis j'en prendrai un au prochain qui n'est pas très loin.

Je trouve 2 rouleurs pour m'emmener jusqu'au bas du petit col de Malissol. J'en profite pour me ravitailler, mais quand je mets ma main dans ma poche arrière elle est vide: j'ai oublié mes gels au parc à vélo!! Et comme un con j'ai balancé les 2 que m'avait donnés le bénévole, j'y repenserai pendant 50 bornes... Au ravito suivant il n'y a que de l'eau, et je n'arriverai ensuite à ne prendre que de la boisson énergétique et du coca. Je ne sais pas où il y a du solide et il faut s'arrêter pour en prendre. A noter que les ravitaillements sont tous placés à des endroits où l'on passe très vite, pourtant ce ne sont pas les côtes qui manquent sur le parcours!

Je continue à rattraper des coureurs jusqu'en bas du col d'Ornon où on m'annonce 28e. Mais les 10 kms suivants je ne vois personne, pourtant je roule assez fort, ils sont où les 27 de devant? Finalement dans la fin d'Ornon  je commence à revoir du monde, dont Baptiste Neveu le grand pote de Valentin qui s'inquiète comme moi de savoir où il est. Je continue à rattraper progressivement des coureurs, en bas de l'Alpe les jambes sont toujours très bonnes mais il fait très chaud, je bois tout ce que je peux. Je monte bien à 280-300 watts la première partie, et à Huez on m'annonce enfin Valentin pas loin devant, bonne nouvelle parce que je commence à peiner. Je le rattrape et le double rapidement, il est cuit, mais moi aussi... Il reste 4 kms, que je monte à l'énergie, et je me demande si je vais pouvoir courir.

TOP7989 rognée

Je pose le vélo 15e avec le 7e temps, et étonnamment je peux courir, je n'ai pas de crampe, j'ai l'impression de ne pas avancer mais ma montre me dit 4'30 au kilo même en côte donc tout va bien. Sur l'aller-retour à Sarenne je vois qu'il y a des concurrents pas loin devant et pas grand monde derrière. Les ennuis commencent dans la descente de l'altiport: le changement de position me titille L4-L5 et j'ai de grosses crampes aux ischios qui se déclenchent en descente. Je m'arrête quelques secondes pour les faire passer et je comprends que je dois trottiner à 10 km/h pour pouvoir descendre, frustrant.

8TLB0180

A partir du 2e tour ça commence à devenir difficile, mal de ventre et ischios à surveiller dès que ça descend. Je gagne quelques places, tout le monde a l'air cuit, notamment William Mennesson qui est pourtant bien meilleur que moi à pied. Au dernier demi-tour à Sarenne je suis 11e, mais je vois qu'il y a de la densité pas très loin derrière, et il reste la grande descente... Je donne ce qu'il me reste dans la côte de l'altiport, je sens toujours qu'il m'est impossible de descendre à moins de 5'30 au kilo et je perds 4 places dans ce km. Super frustrant parce que cardiaquement j'ai encore de la ressource.

Finalement je finis 15e, je pensais faire mieux dans chacun des 3 sports mais c'est facile de pronostiquer devant son ordi, c'est une autre histoire le jour de la course. Vu mon état sur la ligne, aucun regret, j'ai tout donné, j'espère avoir fait honneur à la Team2Fou pour mon premier tri sous ses couleurs.

8TLA0086

Bravo à Valentin qui s'accroche pour finir 31e, heureusement qu'il est parti à bloc parce que sinon je ne l'aurais peut-être pas revu, c'est le métier qui rentre!

Maintenant RDV  au triathlon M de la Madeleine le 25 août pour un parcours encore plus montagneux, et à l'Ironman Wales le 9 septembre où ça risque d'être encore plus dur....