Fin d'année 2017, je m'étais inscrit pour mon deuxième Iron Man (le XXL IRON CORSAIRE à Saint-Malo). Cette course était pour moi mon objectif principal de la saison 2018. Malgré la dureté de l'hiver (pluie, vent, froid, neige), les entraînements s'enchaînaient plutôt bien. Mais finalement il y a 2 mois, je me suis blessé au cours d'une sortie longue de vélo. Fracture de la tête radiale. Plâtre, attelle puis séances de kiné. Honnêtement, j’avais mis une croix sur ma saison et sur mon objectif de l'année. Je ne donnais pas cher de ma peau si je maintenais mon engagement sur mon objectif.
Cependant, je n'ai pas su rester inactif durant ma période de convalescence. Je suis remonté très rapidement sur mon vélo (tout d'abord sur le Home Trainer puis une fois le plâtre enlevé retour sur la route). Dès que j'ai pu (soit quasi 2 mois), j'ai repris la natation. Un énorme coup de massue au moral à chaque sortie du bassin (plus de sensation à part les douleurs liées à ma fracture).
Ma reprise à la compétition a eu lieu tardivement. Le 20 mai dernier, je me suis aligné sur le triathlon du Moulin Blanc distance Sprint. J'avais comme objectif de reprendre confiance en moi, de retrouver des sensations et surtout de faire de l'intensité course. Une reprise déterminante qui allait me fixer sur mes capacités à me présenter ou non à mon objectif. Les sensations étaient mitigées jusque là car j'avais l'impression depuis ma fracture d'avoir perdu la confiance en moi : ce fameux lien entre la tête et le corps que l'on connaît tous. Je voulais voir si j'étais capable de tout enchaîner sans douleur et si j'allais prendre du plaisir. Le bilan fût plutôt positif malgré des transitions catastrophiques et un léger manque de rythme sur la course à pied.
Le 3 juin, me voilà au départ de mon ultime départ afin mon objectif 2018. Ce jour a lieu le Championnat de Bretagne Triathlon Côte de Granit Rose M. Objectif : bosser les transitions et se faire plaisir dans un cadre idyllique sans trop cramer de cartouches. Les sensations furent bonnes et ce malgré une nouvelle chute en vélo à la sortie du parc (la saison 2018 est décidément une saison noire).
 
Samedi 09 juin : direction Saint-Malo en compagnie de ma chérie pour le retrait des dossards. Au village exposants, je retrouve mes collègues de club et nous retirons nos dossards, le matériel obligatoire (puces , plaque de vélo, sacs de transitions, etc) ainsi que notre lot de course (un super sac à dos). Direction la salle de briefing qui se trouve à l'autre bout de la cité des Corsaires sous une pluie d'orage. Une fois le lieu trouvé (car très mal indiqué) nous avons la surprise de voir que la salle est totalement saturée et on se retrouve dehors sans pouvoir écouter le topo (heureusement que toutes les instructions étaient notées sur le Road-book).
Après avoir mangé sur la plage qui borde la cité Malouine, il est l'heure de déposer le vélo. Le vent soufflant assez violemment en rafales, j'opte pour la prudence en arrimant mon vélo au rack assez solidement afin d'éviter toute chute durant la nuit.
Une fois le vélo posé , direction l'hôtel pour pouvoir enfin se poser et préparer les affaires dans les différents sacs.
 
 
 
 
Dimanche 10 juin.
Le jour J tant attendu. La concrétisation de tous ces mois de préparation. Il est 4h45 et le réveil sonne. Le temps d'avaler un petit déjeuner et d'embarquer toutes mes affaires de courses et me voilà d'assaut à affronter cette superbe mais longue journée. Malheureusement sur le trajet la visibilité est très mauvaise. La faute à un brouillard épais et une absence totale de vent. L'air est assez frais et humide.
 
photo club Lesneven Triathlon
 
J'arrive au parc à vélo et je commence à installer mes affaires. Le bruit que la natation serait annulée court dans le parc. Je refuse d'y croire et je mets ma combinaison. J'attendrai la version officielle au pire. Tout est optimal, excepté les conditions climatiques. Après de longues minutes d'attente, le couperet tombe. L'épreuve de nage est officiellement annulée pour des raisons de sécurité. La déception s'empare de moi, même si je suis un très mauvais nageur. Mais il faut se rendre à l'évidence, les conditions sont vraiment mauvaises.
La nage n'est pas remplacée. Le départ vélo se fera par ordre de dossard. Un départ différé toutes les 10 secondes. Dossard 129, j'ai le temps de voir venir.
Mon tour arrive. J'enfourche mon vélo. Les jambes sont bonnes. Je me sens bien sur le vélo mais prudence, la visibilité est très mauvaise et les muscles ne sont pas encore chauds. Je décide donc de partir prudemment. N'ayant pas pu faire de reconnaissance du parcours avant, je décide de faire le premier tour de circuit en dedans. Option qui a été payante car le parcours s'est révélé assez exigent avec énormément de relances. Après 8 kilomètres pour arriver sur le circuit, place à 3 boucles de 50kms. Les kilomètres s'engrainent et les jambes sont bonnes. Le fait de retrouver ma chérie sur le parcours m'a redonné des ailes. Un grand merci à elle pour ses encouragements. Je me force à respecter mon protocole d'hydratation et je mange souvent. Je ne ressens pas de coup de mou. Je double plus que je ne me fais doubler. Le moral est bon. Les 3 tours de circuits réalisés direction le retour vers la cité Corsaire. Je prends un coup de moins bien. La pluie commence à tomber et on rentre en ville. Mes vieux démons reviennent et ma peur de rechuter me hante. Je décide donc de faire une rentrer au parc prudente quitte à concéder quelques places.
 
 
 
 
 
 
Me voilà à l'approche du parc. Je donne mon vélo à un bénévole qui le remettra au parc pendant que je file prendre mon sac de transition sur le rack. La transition est assez rapide malgré un souci de chaussure. La semelle de ma chaussure droite se plie dès que j'insère mon pied dedans. Je prends le risque de l'enlever. Ayant peur d'avoir trop chaud, j'opte pour enlever ma veste longue vélo et ne rester qu'en tri fonction.
Le marathon commence.
 
grosse pensée pour ma femme qui m'a soutenu tout au long de mon périple!
 
 
 
 
 
Les premiers pas sont légers. Je prends beaucoup de plaisir. Ma chérie ne cesse de m'encourager. Il y a 4 tours à réaliser. Les 2 premiers se passent à merveille excepté une ampoule qui commence à se faire sentir au niveau de mon pied gauche. La semelle a fait un pli aussi... Je décide de passer outre. A la fin de ma deuxième boucle, le soleil et la chaleur font place au brouillard et à l'humidité. Je sens que mon organisme a du mal à absorber ce changement climatique et qu'il est temps de lever le pied afin de ne pas avoir de grosses défaillances. Il fait de plus en plus lourd sur le parcours et je suis contraint de m'hydrater à chaque ravitaillement. Les derniers hectomètres et l'arche d'arrivée se dessine au loin. Poussé par la foule et aussi par la pression d'un concurrent me revenant dessus, je décide de ré augmenter la cadence. Je mets le clignotant pour prendre le tapis rouge menant à l'arche « Arrivée » !!!!! Un ultime « BIP » et me voilà Finisher en 09h28min35sec. Je signe une 27ème place au scratch, 15ème dans mon groupe d'âge Sénior
 
 
 
 
 
 
 
A l'arrivée, j'ai savouré le moment où j'ai pris ma femme dans mes bras et où j'ai enfin pu l'embrasser.
Après être passé au ravitaillement final, et quelques coups de moins bien j'ai récupéré mon vélo au parc.
En conclusion, je dirais qu'une fois de plus, je me sens très chanceux d'avoir pu vivre une nouvelle fois l'expérience d'un Iron Man. Et ce malgré, la déception de pas avoir pu nager. Je ne déplore sur cette course aucun souci majeur (type irritation en vélo, ennui mécanique, souci alimentaire ni gastrique).
Je tenais à remercier tout d'abord ma femme qui m'a soutenu tout au long de ma préparation et qui a supporté mes nombreuses absences, mes humeurs, mes doutes et ma fracture. Je voulais lui dire à quel point je l'aime à la folie. Je lui dédie ma course.
Un grand merci aussi à tous ceux qui m'ont soutenu au quotidien pendant ma préparation et aussi le jour J.
Une mention spéciale aux organisateurs pour nous avoir concocté une course au top avec un parcours dans un cadre sublime et unique. Sans oublier les bénévoles qui étaient supers, ont donné de leur temps et qui ont permis à la course d'avoir lieu.
Pour finir, je tenais à remercier mes copains de club de Lesneven Triathlon mais aussi mes différents sponsors (que je remercie encore pour leur confiance) : Topsport, Giant Brest, Conseil Running Brest.
Maintenant, place à quelques jours de repos avant de ré attaquer sur un triathlon L fin juillet pour terminer la saison sans pression.

You have no rights to post comments